loading

Après la peur

Imaginez 12 tableaux et autant d’itinéraires, 25 artistes, une centaine d’invités, quelque 10 véhicules sillonnant un territoire parfois hostile aux déplacements. Y penser donne le tournis. La formule aurait pu facilement déraper, mais le résultat est irréprochable. (...)
Les combinaisons sont infinies et les rencontres, inouïes. Curieux, emballé par la formule inédite, le spectateur suit, embarque, s’abandonne, se laisse séduire et au final, est complètement envoûté. Vivement la balade suivante! Road trip idéal!

Nathalie Lessard - pieuvre.ca - 02/09/2015
 

 
Ces chambres prennent des formes multiples, surprenantes et déstabilisantes. Le regard sur la ville change soudainement, ainsi que notre définition de ce qu’est un spectacle. Sans parler de la relation entre le créateur et le public. (...) Il ne fait aucun doute que j’y retournerai pour découvrir les autres univers qui sont en quelque sorte éphémères dans leur forme actuelle. Ils s’adaptent selon la ville.

Rose-Carine H. - les méconnus - 03/09/2015
http://www.lesmeconnus.net/apres-la-peur-fresque-urbaine/
 

 
Des découvertes qui nous font explorer en petits groupes intimistes toutes les formes du théâtre : radiophonique, mobile, dans la rue, à pied, dans un camion stationné… On ne sait plus trop à quoi s’attendre, tant les formes sont libres, alors on s’attend à être étonné. Et on l’est.
 
Marie Pâris - MonTheatre.ca - 02/09/2015
 

 
Des instants de grâce purement poétiques se cristallisent pour illuminer la ville.
 
Sylvia Botella - RTBF culture - 07/11/2014
http://www.rtbf.be/culture/article/detail_armel-roussel-apres-la-peur-au-theatre-les-tanneurs?id=8396557
 

 
Après la peur donne le vertige, permet de fermer les yeux, de jouer le jeu et de se laisser piquer à vif dans un élan poétique et créatif.
 
Alphabetamagazine – 2014.11
http://alphabetamagazine.com/Armel-Roussel-Apres-la-Peur-Work
 

 
Surprenant ! Hallucinant ! Fantastique ! Le projet Après la peur réunit tous ces qualificatifs car, en sortant de là, on n’en revient toujours pas de ce que l’on vient de vivre.
(…) tout est maintenu en devenir. Et le jeu théâtral vu sous cet angle, ça fait du bien !
 
Suricate – Justine Gaillard – 2014.11.07
http://www.lesuricate.org/apres-la-peur-au-theatre-les-tanneurs/